Actualités :

Ressource en Eau en Morbihan : du mieux, mais restons vigilant !

20150602_113715Au vu de l’évolution des débits dans les cours d’eau Morbihannais, relativement faibles  fin juillet, et de l’assec du Lac de Guerlédan qui ne permet plus de soutenir le Blavet, le Préfet du Morbihan a signé le 22 juillet 2014 un arrêté portant sur la restriction de certains usages de l’eau, et notamment à partir du réseau d’eau potable.

En effet, la situation météorologique de juillet et sa faible pluviométrie si elle s’était prolongée, pouvait laisser présager quelques difficultés. Il convenait donc d’anticiper l’augmentation des consommations du mois d’août et surtout, un étiage prononcé en arrière saison sur septembre et octobre.

Si aucun manque d’eau n’était à craindre, et n’a d’ailleurs été constaté, par le biais de la gestion préventive des ressources et des interconnexions départementales, cet arrêté préfectoral constitue un appel au civisme et à la responsabilité de chacun, pour une utilisation raisonnée de l’eau du réseau public en particulier, et des ressources naturelles en général.

Depuis lors, la pluviométrie du mois d’août, et en particulier de ces dernières semaines, a engendré une augmentation des débits des cours d’eau, revenus à leur niveau moyen habituel en cette saison.

Il convient cependant de rester vigilant, l’étiage pouvant se prolonger tardivement à l’automne et en hiver, et ce d’autant plus que le remplissage du barrage de Guerlédan ne doit pas intervenir avant novembre 2015.

 

 


Eau du Morbihan fête ses 40 ans !

2fixe40ANS.Le 22 mai 2015, Eau du Morbihan a fêté ses 40 ans.

A cette occasion, 200 personnes se sont réunies au siège du syndicat à Vannes, pour célébrer cette organisation départementale solidaire et mutualisée, née en 1974. Cette manifestation conviviale a été orchestrée par le Président, Aimé KERGUERIS, entouré de ses vice-présidents à compétence fonctionnelle.IMG_3771

 

 

 

 

 

Les interventions ont été accompagnées par un diaporama retraçant les compétences et organisations de Eau du Morbihan, en quelques chiffres clés, ainsi que d’un film illustrant les travaux d’interconnexion entre Belz et Ploëmel, réalisés en 2014.

 

IMG_3842

 

 

Les discours ont été conclus par M. David ROBO, Maire de Vannes, M. François GOULARD, Président du Conseil Départemental, et M.Thomas DEGOS, Préfet du Morbihan.

 

 

 


Le pôle des syndicats départementaux d’eau potable du grand ouest est créé !

IMG_1499Les 7 syndicats départementaux des Côtes d’Armor, d’Ille-et-Vilaine, du Morbihan, de Loire-Atlantique, de la Vendée, de la Manche et de l’Orne interviennent à l’échelon départemental, selon une organisation et des compétences qui leur sont propres.

En fonction de l’historique et des configurations locales, ces communes et groupements se sont fédérées à un échelon territorial supérieur pour l’exercice de tout ou partie des compétences du service public d’eau potable : protection de la ressource, production, transport, sécurisation et distribution.

Le 29 janvier 2015, à l’occasion des 16ème Carrefours des Gestions Locales de l’Eau, les Présidents des 7 syndicats départementaux d’eau potable ont signé la convention constitutive du Pôle qui acte officiellement de leur collaboration, déjà effective, et de leur travail en réseau, sur les questions d’actualité touchant le service public d’eau potable. Par ce pôle, véritable mise en réseau, ils choisissent d’unir leurs efforts afn de mieux coordonner leurs actions et assoir leur représentation collective (cf.fiche descriptive).

En effet, les dispositions législatives en vigueurs confient la compétence “eau potable” aux communes. Ces dernières se sont regroupées au sein de syndicats spécialisées ou ont transféré cette compétence à des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale.

 

 

 


Inauguration de l’usine de Production d’eau potable d’Antoureau à Belle-Ile-en-mer

P1070233Le 4 juillet 2014 a été inaugurée l’usine de production d’eau potable d’Antoureau à Belle-Ile-en-mer.

Afin de garantir une eau potable de qualité aux 6 143 abonnés de l’île, Eau du Morbihan, dans la continuité de la communauté de communes de Belle-Ile, s’est engagée dans la construction d’une nouvelle usine de production d’eau potable en remplacement de l’usine de Bordilla.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAD’une capacité de 250 m3/h – 5 000 m3/j, dotée d’une filière de traitement moderne et performante, l’usine d’Antoureau est une infrastructure adaptée aux caractéristiques de l’eau des retenues et aux fluctuations importantes de consommation d’eau sur l’île. Les travaux de l’usine, démarrés en novembre 2012, ont duré 18 mois et consisté en la création de deux filières de traitement indépendantes de 125 m3/h chacune et en une filière de déshydratation des boues.

 

IMG_2090Pour alimenter l’usine par les trois retenues d’eau d’Antoureau, Bordilla et Borfloc’h, deux nouveaux groupes de pompage ont été créés et plus d’un kilomètre de canalisation de diamètre 300 mm ont été posés. Ces travaux ont duré 6 mois.

 

En parallèle, les six prises d’eau installées dans les vallons de Bordustard, Coléty, Locqueltas, Port Guen, Port York et Grands-Sables ont fait l’objet de travaux de génie civil avec de nouveaux seuils, et d’une mise aux normes environnementales permettant de garantir le respect du débit réservé et le franchissement des espèces piscicoles.

Les intervenants sont :

  • Exploitant : SAUR
  • intervenants sur les travaux d’usine :
  1. Maitre d’oeuvre : ARTELIA/EAU DE PARIS/KASO
  2. Entreprises : DEGREMONT/EIFFAGE
  3. SPS : APAVE
  4. Contrôleur technique : APAVE
  • intervenants conduites et pompage :
  1. Maître d’oeuvre : ARTELIA
  2. Entreprises : CISE/SPAC/SAUR
  3. SPS : APAVE
  • intervenants prises d’eau
  1. Maître d’oeuvre : ARTELIA
  2. Entreprises : EIFFAGE/DLE

Les montants des travaux sont :

  • usine : 5,5 M€
  • conduite et pompage : 1 M€
  • prises d’eau : 150 k€

Ce projet a fait l’objet d’aides financières :

  • Département : 1,56 M€
  • agence de l’eau Loire-Bretagne : 1,525 M€ en subventions et 2,5 M€ en avance remboursable

 

 

 


Vidange du Lac de Guerlédan en 2015 : mission accomplie !

IMG_4188Le Lac de Guerlédan s’est vidé … et s’est rempli !

Son niveau s’est progressivement abaissé, jusqu’à l’assec mi-avril 2015, pour 6 mois. Cet assec était nécessaire pour permettre à EDF, concessionnaire au titre de l’hydroélectricité,  de procéder à des travaux de sécurisation du barrage. Les travaux étant terminés où ne nécessitant plus de travailler “à sec”, le Lac s’est remplit progressivement à partir du1er novembre 2015.

La continuité du service d’eau potable a été assurée, malgré une qualité d’eau brute dans le Blavet très dégradée en phase de vidange, et des débits ponctuellement très bas pendant l’été et l’arrière saison.

Pourtant, cette vidange a nécessité des adaptations de la gestion des services d’eau potable, et en premier lieu, des outils de production et de transport d’eau potable gérés par Eau du Morbihan. Elle était en effet susceptible d’impacter l’ensemble des services de distribution d’eau potable membres de Eau du Morbihan.

Le Blavet, une ressource essentielle à la production d’eau potable en Morbihan

L’alimentation en eau potable du Morbihan repose principalement sur deux importants cours d’eau : la Vilaine et le Blavet.

Plusieurs usines majeures gérées par Eau du Morbihan produisent de l’eau potable à partir du Blavet, qui représente 50 % de la ressource en eau brute du territoire de Eau du Morbihan. Le débit du Blavet est en effet soutenu par le Lac de Guerlédan. EDF doit en effet laisser en aval du barrage au minimum 2,5 m3/s, ce qui permet de disposer du débit suffisant pour alimenter notamment les usines de production d’eau potable.

Il s’agit des unités suivantes :

  • Mangoër à Cléguérec, 400 m3/h. La nouvelle unité dite Mangoër 2 de 500 m3/h a été mis en service en mars 2015,
  • Le Déversoir à Pontivy, 400 m3/h,
  • Kerbellec à Moustoir Remungol, 100 m3/h, alimentée par la prise d’eau de Rimaison,
  • Le Valvert à Noyal Pontivy, 100 m3/h, alimentée par une prise d’eau au Porzo à Neuillac,
  • Le Guern à Baud, 400 m3/h,
  • Langroise à Hennebont, 1000 m3/h.

Lorient agglomération dispose également d’une usine importante à Hennebont (Coët er ver – 1 000 m3/h).

La carte des principaux prélèvements et usines d’eau potable positionne ces unités.

La gestion de l’eau potable pendant l’épisode de vidange

Deux périodes ont préalablement été identifiées et ont permis d’établir plusieurs scénarii de gestion en fonction des évolutions de qualité de l’eau du Blavet, du débit disponible pour prélever et produire de l’eau potable, ainsi que des besoins de consommation.

  1. La phase de vidange (1 mois en avril 2015) :  le Lac a été progressivement vidé, ce qui a engendré une modification de la qualité des eaux brutes prélevées pour la production d’eau potable. Pour faire face à ces changements de qualité, visant principalement le Fer, le Manganèse, l’Ammoniac et la matière organique, des adaptations des filières de traitement de plusieurs usines de production d’eau potable ont été mises en œuvre dès 2014. Durant cette vidange, la qualité de l’eau sortant du Lac s’est fortement dégradée, ce qui a contrarié le fonctionnement des usines de Production. L’usine de Mangoer 1 à Cléguérec a été arrêté début avril, sa filière de traitement ne permettant pas d’abattre suffisamment les teneurs en manganèse et matière organique. L’usine récemment mise en service de Mangoër 2, plus performante, a pris le relai, et a également suppléé l’arrêt de l’usine du Déversoir à Pontivy, également arrêtée durant plusieurs jours, à titre préventif. Cette production locale réduite a été complétée par l’eau produite sur d’autres usines alimentant le réseau d’interconnexion départemental. Après le passage du “culot” (fond u Lac très chargé) mi-avril, le débit qui s’est écoulé était le débit naturel du Blavet et la qualité de l’eau s’est stabilisée. Les 3 usines de Mangoër 1 et 2, et du Déversoir ont été remises en route.
    Depuis Août 2015, au vu des débits observés et de la disponibilité des ressources sur l’ensemble du périmètre de Eau du Morbihan, le réseau d’interconnexion a fonctionné dans une configuration “normale”.
  2.  La phase d’assec de mai à octobre 2015, durant laquelle le Lac a été vide. Dans ce cas, le débit du Blavet n’est plus soutenu : l’eau qui coule provient exclusivement de la pluviométrie et constitue le débit naturel du Blavet. Pour éviter que des niveaux trop bas du débit ne permettent pas les prélèvements en eau brute nécessaire à l’alimentation de l’ensemble des usines, le réseau d’interconnexion départemental a été en permanence mis en configuration pour pouvoir acheminer de l’eau sur tout le périmètre, le cas échéant à partir d’autres ressources disponibles. Ce mode opératoire a nécessité  des adaptations hydrauliques et de fonctionnement des quelques 200 km de “feeders”, surpresseurs et stockage.

Eau du Morbihan : une mobilisation importante pour assurer la continuité du service public d’eau potable

Pour faire face à cet événement, Eau du Morbihan a mobilisé depuis début 2013 d’importants moyens d’étude et d’ingénierie pour identifier tous les impacts potentiels et les solutions techniques pour y faire face, et a participé activement à la concertation initiée par l’Etat.

Le calendrier de certains projets a été anticipé (canalisation de sécurisation entre Belz et Ploëmel de juin à décembre 2014), construction de l’usine de Mangoër 2 à Cléguerec).

Des adaptations techniques ont été réalisées (augmentation de la capacité du surpresseur de Kerpolican à Baud à 500 m3/h, essais hydrauliques, …) pour mobiliser le réseau départemental d’interconnexion dans une configuration différente de sa gestion habituelle, permettant de “remonter” de l’eau potable produite au Sud du département, vers le Nord et en particulier le secteur de Pontivy communauté, en cas d’arrêt d’usines de l’amont du Blavet Morbihannais. Cette gestion a mobilisé également des achats d’eau à la ville de Vannes, ainsi qu’à l’Institution d’Aménagement de la Vilaine.

Des adaptations de filières de traitement sur les usines de production d’eau potable ont été réalisées. Des ressources complémentaires de secours (retenues des Côtes d’Armor) ont été identifiées, mais il n’a finalement pas été nécessaire de les mobiliser, au vu des autres actions mises en oeuvre.

Au vu du débit naturel du Blavet depuis début juillet, Eau du Morbihan a sollicité auprès du Préfet une dérogation pour poursuivre les prélèvements dans le Blavet. En parallèle, les productions à partir des usines prélevant dans le Lac au Duc(Ploërmel) et les retenues de Trégat (Theix) et Tréauray (Pluneret), ont été réduites, afin de préserver les stocks et anticiper la forte demande en eau habituellement observée au mois d’août, et assurer la continuité du service en arrière saison.

La gestion de la ressource et continuité de service : mission accomplie

Les déficits ponctuels de ressource en eau brute venant du Blavet pour alimenter les usines de production d’eau potable de ce secteur ont été compensés par la mobilisation des autres ressources disponibles sur le périmètre de Eau du Morbihan, par une gestion préventive et un pilotage fin des infrastructures de Production et de transport. A cette configuration particulière s’est ajouté un épisode de relative sécheresse : les débits ont atteint des niveaux bas à très bas, et ce pendant une période prolongée, encore visible en cette fin d’année 2015.

Malgré tout, et même si l’ensemble des abonnés et consommateurs d’eau (particuliers, acteurs économiques, collectivités) étaient concernés, personne ne s’est aperçu de rien ! pas de changement, pas de dysfonctionnement, pas de rupture d’alimentation : la mission de continuité du service public d’eau potable a donc été remplie avec succès durant cette épisode particulier de “Guerlédan 2015” !


Malgré la tempête, Eau du Morbihan vous souhaite une bonne année 2014 !

carte élecEn cette fin d’année à la météo mouvementée, Eau du Morbihan, avec les sociétés exploitantes, met tout en oeuvre pour assurer le service public d’eau potable dans les meilleures conditions possibles.

Suite à des pannes d’alimentation électrique, le service a été momentanément interrompu dans le Nord et l’Ouest du Morbihan le 24 décembre 2013. La remise en service de la distribution d’eau potable a pu être effective au fur et à mesure des réparations effectuées sur le réseau électrique et dans certains cas, par le recours à des groupes électrogènes pour limiter la durée de la coupure et remettre en service les surpresseurs et usines de production d’eau impactées.

Des systèmes d’astreintes et de secours sont également prévus pour palier au maximum d’incidents pour la période de forte pluviométrie annoncée pour les derniers jours de 2013 et les premiers de la nouvelle année. Le réseau départemental d’interconnexion sera donc fortement mobilisé.

En cas de problème, des numéros d’appel sont identifiés, selon les communes.

Malgré les intempéries, Eau du Morbihan vous souhaite une bonne année 2014, marquée par 40 ans de solidarité départementale du service public d’eau potable.

 

 


Eau du Morbihan recrute

Schéma - Compétence production/transport

Par délibération du 04 octobre 2013, le Comité Syndical de Eau du Morbihan a décidé la création de deux postes de techniciens, l’un dans le domaine de la Production d’eau potable, l’autre dans le domaine de la protection de la Ressource en eau.

Ces recrutements se feront par voie de mutation, détachement ou inscription sur liste d’aptitude. les offres sont également téléchargeables sous la rubrique “télécharger” et sur le site www.emploiterritorial.fr.

Les dossiers de candidature (lettre de motivation, CV et dernier arrêté de situation) sont à adresser à :

Monsieur le Président du syndicat de l’Eau du Morbihan

27 rue de Luscanen

CS 72011

56001 VANNES cedex

avant le 09 décembre 2013 pour le poste relatif à la protection de la ressource et avant le 20 décembre 2013 pour le poste de technicien en charge de la production, délai de rigueur.

Ces postes viennent renforcer les services actuellement constitués de 18 personnes.

 

 


Inauguration du nouveau siège de Eau du Morbihan

HJ8A2806Le 11 octobre 2013 a été inauguré le nouveau siège social de Eau du Morbihan, commun avec Morbihan énergie et l’Association des Maires et Présidents d’EPCI du Morbihan, au 27 rue de Luscanen à Vannes.

Accueillis par les présidents de trois structures, respectivement Aimé Kerguéris, Henri Le Breton et Jacques Le Nay, près de 400 personnes ont découvert et visité ce bâtiment innovant conçu par l’architecte vannetais Xavier Fraud.

M. Robo, Maire de Vannes, M. Goulard, Président du Conseil Général et M. Savy, Préfet du Morbihan ont unanimement souligné l’intérêt de la mutualisation de locaux et de moyens imaginée par les trois structures, la réussite architecturale du bâtiment et son intégration dans un environnement particulièrement agréable et naturel, ainsi que son caractère exemplaire en matière de consommation énergétique.

En effet, ce projet de siège commun répond à une volonté partagée de mutualisation et à un attachement à la dimension départementale des services apportés aux communes et aux morbihannais.

Après 2 ans de travaux, ce bâtiment de 3 300 m2 peut abriter 80 postes de travail et accueillir une centaine de personnes en réunion. Respectant les espaces identifiés de chacune des trois structures, le bâtiment mutualise des espaces communs comme les places de stationnement, les salles de réunion ou les locaux techniques. Cette mutualisation vise aussi l’exploitation des lignes téléphoniques, des serveurs informatiques et de la logistique courante.

Il répond aux critères du label Passivhaus et s’inscrit dans une démarche de sobriété et d’efficacité énergétique qui vise à limiter son impact sur le réseau électrique, puisque non seulement il consomme peu d’énergie, mais il en produit :

– deux mini-éoliennes de 2,5 kW sont en place et une troisième en développement,

– 850 m2 de panneaux photovoltaïques sont posés en toiture permettant de produire 126 kW, ainsi que des pompes géothermiques

– un stockage dans des batteries lithiul ion de chez SAFT pour 56 kWh, greffé d’une “box” dont l’objet est d’optimiser tous les flux d’énergies entre Production – stockage et réseau.

Cette boite est en expérimentation avec le concours de Schneider et a vocation à être duplicable. Seront testés :

– l’effacement pendant les pointes d’hiver

– l’autoconsommation

– l’optimisation des flux entre réseau et production

Sous le nom de Kergrid, cette expérimentation a été primée du Smart Homme Building en juin 2013 au congrès des Smart Grids à Paris.

 


La ressource est précieuse : économisons-l’eau !

BannieresWEB-ECO-EAU2Les économies d’eau et la gestion de la ressource sont l’affaire de tous. Eau du Morbihan en fait l’un des axes importants de sa politique.

En 2008, le syndicat a lancé un projet pilote “économie d’eau” dans les communes de moins de 10 000 habitants. Les communes concernées ont été invitées à répondre à un appel à projet visant à identifier, dans les bâtiments et terrains communaux, des actions en faveurs des économies d’eau.

Ce projet a été soutenu par l’agence de l’eau Loire-Bretagne et le Département du Morbihan. Il a permis aux 16 communes participantes de réaliser un diagnostic des consommations communales, de mettre en place un suivi de ces consommations, et d’installer du matériel hydro-économe, tels que les mousseurs ou douchettes, peu onéreux et permettant de réduire jusqu’à 20 % la consommation, à confort égal. Ces équipements peuvent également être installés chez les particuliers.

Un dossier spécifique est en ligne sur le site internet du Conseil Général qui, pour accompagner les communes pilotes dans leurs démarches de sensibilisation des particuliers, a lancé une campagne de communication et de sensibilisation aux économies d’eau.

Si chaque consommateur, que ce soit un particulier, un industriel ou un agriculteur, peut agir, par de simples “éco-gestes” ou adaptation des procédés de production, le syndicat accompagne également cet effort collectif.

Eau du Morbihan est en effet un outil au service des communes et de l’aménagement du territoire. Il a vocation, par la gestion mutualisée des ressources et la sécurisation de l’approvisionnement, à apporter, en tout point du territoire, une eau potable de qualité en quantité suffisante, en prenant en compte l’accueil de nouvelles population et le développement économique et touristique du Morbihan.

Ce développement de population doit bien évidemment prendre en compte les ressources disponibles : les 16 usines de production d’eau potable à partir d’eau superficielle et les 42 unités de traitement d’eau souterraine produisent 32 millions de mètres cubes par an, correspondant aux besoins actuels.

80 % de l’eau consommée provient des ressources superficielles (cours d’eau, retenues), qui peuvent être particulièrement vulnérables, notamment en période d’étiage, où le débit des rivières diminue. En période sèche, le niveau des nappes peut s’abaisser de façon irrémédiable.

Contenir les consommations doit permettre :

– de satisfaire la demande en eau, en toute saison, malgré l’évolution de la population morbihannaise et la fréquentation touristique,

– d’éviter, ou tout au moins retarder, le recours à de nouveaux prélèvements, pour ne pas accentuer la pression sur les milieux aquatiques,

– d’optimiser l’utilisation des infrastructures existantes, pour contenir les coûts de production d’eau potable et la facture à l’abonné.

La première économie d’eau est celle qu’on ne prélève pas !

C’est pourquoi, Eau du Morbihan agit en particulier sur le rendement des usines et des réseaux de distribution, pour que le maximum d’eau prélevée dans le milieu arrive effectivement, après traitement et transport, à l’abonné, en limitant les pertes et les fuites. A ce titre, le rendement des réseaux de distribution sur les 115 communes où Eau du Morbihan exerce cette compétence est de 85 %, ce qui est bien au delà des objectifs nationaux.

Limiter les pertes et économiser l’eau au sein du service public d’eau potable n’est que le premier maillon de la chaîne : chacun, collectivité, particuliers, industriel, agriculteurs, doit, à son niveau et individuellement, gérer de façon responsable cette “eau du robinet”, économique, disponible et de qualité, pour contribuer à l’objectif collectif de préservation de nos ressources et du cadre du vie en Morbihan.


Eau du Morbihan déménage !

Locaux d'Eau du MorbihanDepuis le 24 juin 2013, Eau du Morbihan a emménagé dans ses nouveaux locaux, à proximité du quartier de Fétan Blay au

27 rue de Luscanen

CS 72 011

56001 Vannes Cedex

Ce nouveau siège social est commun à Eau du Morbihan, au syndicat des Energies et à l’association des Maires et président d’EPCI.

Pour y accéder, affichez le plan grâce au lien ci-dessous.

plan_Fetan_Blay