Ressources :

Que d’eau ! Que d’eau !

Si les précipitations importantes de ces dernières semaines font peser des risques d’inondation dans certains secteurs, elles sont bénéfiques pour nos ressources souterraines et pour le remplissage des retenues destinées à produire de l’eau potable.

Dès novembre 2020, les nappes présentaient des niveaux supérieures aux normales.

situation des nappes - BRGM, novemebre 2020cliquez sur la carte pour accéder au bulletin du BRGM.

Les débits des cours d’eau atteignent également des niveaux supérieures aux moyennes annuelles.

débits des cours d'eaucliquez sur la carte pour accéder au site Hydrologie-bretagne.

Cette situation permet d’aborder le printemps et la saison estivale dans de bonnes conditions vis à vis de la ressource pour l’eau potable. Pour autant, Eau du Morbihan poursuit sa gestion anticipée des stocks et la surveillance des ressources : expérience nous a montré qu’un printemps sec et chaud pouvait faire chuter très rapidement les réserves, et augmenter les consommations  de façon importante.

Restons économes ! #laissepascouler


Une sortie de l’état de vigilance mais des situations contrastées

Les pluies, parfois violentes, observées ces dernières semaines, ont engendré des augmentations brutales des débits des cours d’eau. Le Morbihan n’est donc plus classé « en vigilance ».

Evolution du débit du LochCes derniers sont variables d’un secteur à l’autre et les régimes ne sont pas encore stabilisés. Cependant, les pics de débits ont permis de maintenir ou de retrouver progressivement des niveaux de stock conformes à la normale dans la majorité des retenues sur le continent.

Le régime permanent de reprise des écoulements n’est pas encore engagé partout, notamment sur Belle-Ile, mais le stock dans les 3 retenues est conforme à la normale en cette saison.

De la même façon, la recharge des nappes n’est pas encore initiée, même si le niveau de certains piézomètres a été stabilisé.

 


Sécheresse : le Morbihan placé en vigilance

Après des précipitations de juillet déficitaires, la situation des ressources se dégrade progressivement : baisse des débits des cours d’eau, à des niveaux inférieurs aux normales de saison, baisse du niveau des nappes, qui restent cependant dans des moyennes correctes grâce à la bonne recharge de l’hiver dernier.

cliquer sur la carte pour accéder au site hydrologie-bretagne

Suite au Comité sécheresse du 3 août 2020, le préfet du Morbihan a placé le département en état de vigilance.

L’alimentation en eau potable pour lé période estivale est assurée :

  • grâce à une gestion préventive des stockages d’eau brute dans les retenues (Tréauray à Brech-Pluneret, Lac au Duc à Ploërmel, …) avant et pendant la saison
  • par une juste mobilisation des eaux souterraines pour préserver les eaux de surface, plus sensibles à l’étiage et à l’absence de précipitations
  • par le partage des ressources disponibles à l’échelle départementale, par la mise en oeuvre des configurations adaptées du réseau d’interconnexions et de sécurisation géré par Eau du Morbihan

Si la situation actuelle est maîtrisée pour la saison estivale, il est indispensable de mettre en oeuvre dès aujourd’hui les dispositions indispensables à la continuité du service et la disponibilité des ressources pour l’arrière saison : économies d’eau, gestion préventive des stocks d’eau brute, dérogations ponctuelles des débits prélevables dans certains cas…

A chacun, à son niveau, d’être vigilant sur ses consommations et d’appliquer les bons gestes rappelés sue le site #laissepascouler

 

 

 

 


2020 : de l’excès au manque d’eau ?

La période d’octobre 2019 à avril 2020 a vu des précipitations excédentaires par rapport à la normale, ce qui a permis de recharger les nappes, de remplir les retenues et de remonter les débits des cours d’eau.

Mais depuis avril, la quasi absence de précipitations, cumulée avec de fortes chaleurs, ont  inversé rapidement et fortement cette tendance :

– de supérieure à la normale, le niveau des nappes est à présent globalement dans la moyenne en Morbihan

pour accéder au bulletin complet du BRGM, cliquer sur la carte

– de la tranche élevée, les débits sont dorénavant dans la gamme « faible »

pour accéder aux données de la DREAL Bretagne, cliquer sur la carte

Face à ces constats, des dispositions d’anticipation et de gestion des ressources nécessaires à la production d’eau potable et à la sécurisation de l’alimentation en eau sont mises en œuvre par le service public d’eau potable.

Pour économiser la ressource, dans la perspective de la saison estivale, il appartient à chacun d’être vigilant sur ses consommations et d’adopter les bons gestes, à retrouver sur www.laissepascouler.fr

 


Que d’eau ! Que d’eau !

Les années se suivent et ne se ressemblent pas …

Après 3 années dont les précipitations se sont avérées inférieures à la normale, la fin d’année 2019 est largement excédentaire, engendrant parfois des inondations dans certains secteurs sensibles.

Après un mois de septembre déficitaire, la pluviométrie d’octobre et novembre a été très supérieure à la normale, d’environ 200 %. Si ces excès de pluies présentent des inconvénients, ils ont permis de réalimenter les nappes, dont les niveaux étaient restés relativement bas depuis 2016.

Source : BRGM

Les réserves pour l’eau potable sont donc pleines, présageant une gestion des ressources au printemps et à l’été 2020 plus aisée que les années passées.

Pour autant, compte tenu des phénomènes météorologiques très contrastés (inondations hivernales, canicule estivales…), de la hausse de la fréquentation touristique, de l’évolution démographique et de l’activité économique du Morbihan, une gestion anticipée et vigilante de ces ressources reste de mise tout au long de l’année, afin d’assurer la continuité du service public.

 

 


Le retour des pluies d’automne

En cette fin octobre 2019, le retour des pluies d’automne s’amorce depuis quelques semaines. Ces précipitations, parfois brutales, regonflent les cours d’eau. Plus de 200 mm de pluie ont en effet été enregistrés dans certains territoires morbihannais depuis le début du mois.

cliquer pour activer le lien vers le portail géobretagnecliquer sur la carte pour accéder aux débits des cours d’eau

Les retenues d’eau potable du continent sont donc en cours de remplissage, voire sont déjà en surverse (cas du Lac au Duc à Ploërmel). Le volume stocké sur Belle-Ile reste stable, les retenues étant alimentées par le ruissellement naturel, sans pompage dans les vallons. La reconstitution des stocks est engagée sur Houat et Hoëdic, à partir de forages.

La recharge des nappes s’initie modestement, et de façon très variable en fonction des secteurs.

Ces reconstitutions de stock sont bien évidemment utiles pour les semaines à venir, mais également pour la prochaine saison estivale et l’étiage 2020. En la matière, les maîtres mots sont l’anticipation, la gestion et l’économie de consommation.

 


Où sont les pluies d’automne ?

Malgré un déficit de pluviométrie entre septembre 2018 et août 2019, la situation du Morbihan reste à ce jour meilleure que celle observée sur le reste du territoire français métropolitain, où des arrêtés « sécheresse » sont en vigueur dans la très grande majorité des départements.

Cliquez sur la carte pour accéder au site PROPLUVIA

Cette situation morbihannaise plus favorable à ce jour, est le résultat des effets des précipitations ponctuelles qui ont permis, en hiver de remonter le niveau des nappes et au printemps de limiter la chute des débits des cours d’eau. Les épisodes de forte chaleur, moins marqués que dans d’autres régions, ont également provoqué une moindre évaporation qu’ailleurs.

Cependant, les niveaux des nappes et des débits sont restés très moyens, voire dans certains cas inférieurs aux niveaux habituellement constatés.

En matière de ressource pour l’eau potable, la gestion globale et préventive des ressources et des stocks dans les retenues avant la saison estivale a permis de répartir les volumes disponibles en fonction des besoins, par le biais notamment du réseau départemental  d’interconnexions. Le service public d’eau potable géré par Eau du Morbihan a donc été assuré dans de bonnes conditions.

Reste à voir, en fonction de l’évolution des ressources dans les semaines à venir, si cette situation globalement favorable va perdurer. En effet, l’étiage (période de nappes basses et de faible débit) est particulièrement marqué par des diminutions rapides des débits et des niveaux de nappes depuis fin août.

Cliquez sur la carte pour accéder au site de Géobretagne

Toute la question est donc : quand vont revenir les pluies d’automne ?

Restons donc vigilants et économes dans nos usages de l’eau ! #laissepascouler


Pluies de juin = été serein ?

Après un début de printemps timide, le mois de juin est marqué par des précipitations importantes.

Le caractère soudain et intense des épisodes pluvieux engendre des ruissellements importants, laissant peu de place à l’infiltration : ces pluies sont donc peu efficaces pour la recharge des nappes, d’autant plus en cette période de croissance de la végétation, consommatrice d’eau.

Globalement, le niveau de précipitations entre octobre 2018 et mai 2019, période de recharge, est inférieur à la normale : le niveau des nappes est donc variable en Bretagne, en fonction de la localisation des précipitations et des pluies efficaces des mois précédents.

Pour en savoir plus, consultez les bulletins du BRGM en cliquant sur la carte.

Ces précipitations ont par contre un effet direct et immédiat sur les débits des cours d’eau et le stock des retenues pour l’eau potable. Des pics de crues ont pu être observés localement.

Il convient cependant de suivre avec attention l’évolution de la situation, fonction des précipitations, des températures et de la consommation, qui va fortement évoluer dans les prochaines semaines, en lien avec la fréquentation touristique et l’activité des industries agroalimentaires.

Et comme toujours : #laissepascouler !

 


Un début de printemps timide…

L’hiver 2019 (décembre 2018 à février 2019) a été moins arrosé par rapport aux moyennes saisonnières selon Météo France : les précipitations en Bretagne sont légèrement inférieures aux « normales ».

Ces pluies ont cependant bien permis de reconstituer les stocks dans les retenues destinées à la production d’eau potable du Morbihan et à augmenter le niveau des nappes, car les pluies efficaces ont bien été présentes de novembre 2018 à février 2019.

Le mois de mars est le dernier mois durant lequel les pluies sont efficaces pour la recharge des nappes : à compter d’avril, le développement de la végétation consomme une grande part de l’eau de pluie. Ce mois de mars 2019 présente lui aussi des niveaux de précipitations inférieures aux moyennes de référence. Les niveaux des nappes restent donc globalement stables depuis mi-mars et conformes aux normales saisonnières en Bretagne, même si les situations sont contrastées selon les secteurs, selon le BRGM.

 

Les niveaux des débits des rivières sont extrêmement fluctuants et restent globalement dans la moyenne, voire légèrement en deçà.En prévision de la saison estivale à venir, Eau du Morbihan reste vigilant sur l’état des ressources.

A chacun d’entre nous de l’être aussi sur ses consommations : consultez le site #laissepascouler.fr et la page Facebook pour retrouver les conseils et astuces pour économiser l’eau du robinet.

 


Les pluies d’hiver sont arrivées !

La période hivernale est cruciale pour la recharge des nappes et la reconstitution des stocks d’eau. Les pluies de ces dernières semaines ont permis de déclencher le phénomène de recharge et d’écoulement, qui reste à confirmer sur la durée.

Les débits des cours d’eau reviennent à un niveau normal à cette saison, avec ponctuellement des débits élevés lors d’épisodes pluvieux intenses.

Dès la fin de l’hiver, les pluies ne sont plus « efficaces », car consommée par la végétation.

Quand il pleut, prenons notre mal en patience : c’est pour le bien de nos ressources !

Pour visualiser les débits des cours d’eau, cliquer sur la carte.